Le mot charge vient du latin « onus » et du grec « fortio ». Ah, vous pensez que vous allez suivre un article en latin ou en grec ? Rassurez-vous je ne vais pas le faire. Quoique cela pourrait être drôle de se lancer dans l’aventure. A y réfléchir…

Plus sérieusement, la comptabilité est nécessaire pour bon nombre de choses et notamment pour déterminer un résultat comptable.

Globalement pour calculer un résultat, il faut faire des « + » et des « - » pour arriver à « = ».

En comptabilité le « - » est caractérisé par une charge qui se trouve dans le compte de résultat.

Pour donner une définition précise, une charge comptable (compte de la classe 6) est une dépense ou un coût venant appauvrir l’entreprise.

Simple non ? Regardez, si l’on prend notre cas personnel, lorsque nous faisons des courses nous passons par la caisse pour régler nos articles. Qu’est-ce qu’il se passe sur notre compte bancaire ? Et bien il diminue…

En entreprise, il existe 2 types de charges (Les charges décaissables et les charges non décaissables) dans 3 catégories (exploitations, financières et exceptionnelles)

 Les charges décaissables c’est quoi ?

Une charge décaissable est une charge qui va se transformer « tôt » ou « tard » par une sortie d’argent.

Exemple : J’achète des matières pour fabriquer des glaces haut de gamme. Mon fournisseur me livre et m’envoi la facture. Oui mais les conditions de règlements stipulent un paiement à 30 jours. Et bien pendant 30 jours la charge est décaissable et lorsque nous l’aurons payé elle sera décaissée.

Les charges non décaissables 

En comptabilité, il arrive souvent qu’une charge soit constatée sans sortie d’argent. On parle souvent, des dotations aux amortissements et de la variation de stock.

Les charges d’exploitation

  • Elles comprennent toutes les charges utiles à l’activité de l’entreprise.

  • Par exemple :

  • Acheter des chips goût paprika pour les revendre

  • Faire appel à une architecte pour faire une étude lorsque mon activité est de construire des maisons

  • Le loyer que l’on doit au bailleur des bureaux

  • Assurer les locaux en cas de pépins

  • Rémunérer notre cher commissaire aux comptes pour qu’il vérifie qu’il n’y a pas de boulette dans la compta

  • Faire de la pub pour montrer à tout le monde à quel point on est génial

  • Payer des impôts

  • Payer le salaire et les primes des salariés

 Les charges financières

Ce sont des charges qui vont traduire la politique de financement de l’entreprise. Pour « l’essentiel », ce sont des charges qui vont rémunérer ceux qui prêtent de l’argent.

Par exemple :

  • Le banquier octroi un emprunt sur 5 ans. Sympa, mais il faut le rembourser avec des intérêts. Le banquier autorise un droit de découvert. Encore sympa, mais tout ceci n’est pas gratuit ;

  • Une entrepreneur prête de l’argent à son entreprise. Sous certaines conditions, il est possible qu’il soit rémunéré pour ceci

Les charges exceptionnelles

Comme son nom l’indique elles sont exceptionnelles. Ici l’on va retrouver des charges qui n’entrent pas dans le cadre normal de l’activité de l’entreprise.

On va y retrouver des amendes, des pénalités, des dons, des sinistres, des problèmes juridiques…